Le règne de la quantité contre l’éternité

« L’allongement de la durée de vie, voici la fin du fin de l’argumentaire progressiste. Vivre plus, pour travailler plus, pour gagner plus. Mais ce « plus » n’est pas en intensité, en qualité, mais en quantité. Qui n’a fait l’expérience de laisser passer trois mois sans que rien n’y advienne d’ivresse, de songe, spéculation, d’aventure, de contemplation ou d’extase; ces trois mois sont passés comme un envol de cendre. À l’inverse, il est des heures intenses où il semble que l’éternité vienne se loger, – mais c’est encore une erreur de perspective: l’éternité s’y trouvait déjà sans que nous eussions encore la clef qui en ouvre le royaume. L’éternité n’est pas en dehors du temps, mais à l’intérieur, cœur secret, qui contient tout l’en-dehors car il en est la source. » – Luc-Olivier d’Algange ~ Propos Réfractaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :