Luc-Olivier d’Algange – Lux umbra Dei (Extrait 1)

A mesure que nous nous éloignons de l’interprétation de la divine Providence, à mesure que nous nous emprisonnons dans notre refus d’être nous-mêmes interprétés par la Providence et plus nous nous soustrayons du sens, plus nous renonçons au pèlerinage pour vagabonder ; plus encore nous nous trouvons soumis, enchaînés, dépossédés, ombreux, somnambuliques. Il y a une allure propre à l’homme moderne, lente et lourde, hypnotisée et harassée. Le propre du  somnambule est d’ignorer qu’il somnambulise. Quiconque s’avise de le réveiller suscitera sa rage meurtrière. Dans ce faux-sommeil nos songes sont téléguidés et nous conduisent. La difficulté à faire entrer nos contemporains dans la perspective métaphysique de Joseph de Maistre, leur antipathie instinctive pour toute considération de cette sorte tient sans doute à cette étrange addiction léthéenne. L’acte de pensée exige un effort, et de cet effort, il semble bien que les idéologies modernes soient les éminentes ennemies. Elles pourvoient inépuisablement à notre désir de ne pas penser, d’échapper à la perplexité, à l’inquiétude que suscite en nous l’idée d’une Providence. L’écrivain japonais Yasunari Kawabata définit le propre de son art comme l’exercice de ce qu’il nomme « le regard ultime » : « Si la nature est belle, c’est parce qu’elle se reflète dans le regard ultime. »

Qu’est-ce qu’un regard ultime ? Est-ce voir le monde comme pour une dernière fois ou bien voir le monde comme s’il était sur le point de disparaître ? L’imminence de la catastrophe ou de la disparition aiguise le regard. La mise en demeure faite à l’entendement humain de considérer le sens du monde dans l’ultime regard que nous posons sur lui, loin de nous assourdir de terreur, de nous enfermer en nous-mêmes dans le pathos désastreux du refus de cesser d’être, avive au contraire les sens eux-mêmes : « Dans l’univers transparent et limpide comme un bloc de glace, écrit Kawabata, d’un moine qui médite, le bâton d’encens qui se consume peut faire retentir le bruit d’une maison qui s’embrase dans un incendie, et le bruissement de la cendre qui tombe peut résonner, comme un tonnerre. Il s’agit là d’une pure vérité. Le regard ultime fournit la réponse à bien des mystères dans le domaine de la création artistique. » Pour échapper au déterminisme qui nous exile de la compréhension du moment présent, pour œuvrer à la recouvrance des sens et du sens, à leur exaltation dans l’imminence de la beauté absolue, il faut méditer et trouver au cœur de sa méditation le secret limpide du « regard ultime ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :