Chevaucher le tigre par Julius Evola, 2e partie

Chevaucher le tigre par Julius Evola, 2e partie

Partie I

ORIENTATION 

  1. Fin d’un cycle. « Chevaucher le tigre ».

 

Cette dernière idée se réfère à une perspective spéciale qui, à rigoureusement parler, n’est pas celle de ce livre, car elle concerne, non le comportement intérieur et personnel, mais le milieu, non la réalité d’aujourd’hui, mais un avenir que l’on ne peut hypothéquer et dont il est essentiel que l’on ne fasse en aucune façon dépendre son propre comportement.

Il s’agit de la perspective, déjà mentionnée plus haut, selon laquelle notre époque pourrait être, en dernière analyse, une époque de transition[1]. Nous nous bornerons à consacrer quelques mots à ce sujet avant d’aborder le problème principal qui nous occupe, en nous référant à la doctrine des cycles et à cette idée que l’époque actuelle, ainsi que tous les phénomènes qui la caractérisent, correspondent à la phase terminale d’un cycle.

La formule que nous avons choisie comme titre de ce livre : Chevaucher le Tigre peut servir de transition entre ce que nous avons dit jusqu’ici et la doctrine en question. Cette formule extrême-orientale signifie que si l’on réussit à chevaucher un tigre, on l’empêche de se jeter sur vous et, qu’en outre, si l’on ne descend pas, si l’on maintient la prise, il se peut que l’on ait, à la fin, raison de lui. Rappelons, pour ceux que cela intéresse, qu’un thème analogue se retrouve dans certaines écoles de sagesse traditionnelles, comme celle du Zen japonais (les diverses situations de l’homme et du taureau) et que l’antiquité classique elle-même développe un thème parallèle (les épreuves de Mithra qui se laisse traîner par le taureau furieux sans lâcher prise, jusqu’à ce que l’animal s’arrête : alors Mithra le tue).

Ce symbolisme s’applique sur plusieurs plans. Il peut se référer à une ligne de conduite à suivre sur le plan de la vie personnelle intérieure, mais aussi à l’attitude qu’il convient d’adopter lorsque des situations critiques se manifestent sur le plan historique et collectif. Dans ce dernier cas, ce qui nous intéresse est le lien qui existe entre ce symbole et ce qu’enseigne la doctrine des cycles sur la structure générale de l’histoire, en particulier sur la succession des « quatre âges ». Cette doctrine, ainsi que nous avons eu l’occasion de l’exposer ailleurs[2], a revêtu des aspects identiques en Orient et en Occident (Vico n’en a recueilli qu’un écho).

Dans le monde classique, on parle d’une descente progressive de l’humanité de l’âge d’or jusqu’à celui qu’Hésiode appela l’âge du fer. Dans l’enseignement hindou correspondant, l’âge final est appelé le kali-yuga (=l’âge sombre), et l’on en exprime le caractère essentiel en soulignant que ce qui est propre au kali-yuga c’est précisément un climat de dissolution — le passage à l’état libre et chaotique de forces individuelles et collectives, matérielles, psychiques et spirituelles qui, auparavant, avaient été contenues, de diverses manières, par une loi venant d’en haut et par des influences d’ordre supérieur[3]. Les textes tantriques ont donné une image suggestive de cette situation en disant qu’elle correspond au complet « éveil » d’une divinité féminine — Kâlî — symbolisant la force élémentaire et primordiale du monde et de la vie, mais se présentant, sous ses aspects « infernaux », comme une déesse du sexe et des rites orgiaques. « Endormie » jusque-là — c’est-à-dire latente quant à ces derniers aspects — elle serait, durant l’ « âge sombre », complètement éveillée et agissante.

Tout semble indiquer que c’est précisément la situation qui s’est développée au cours de ces derniers temps, l’épicentre en étant la civilisation et la société occidentales[4], d’où elle s’est rapidement étendue à la planète entière; le fait que l’époque actuelle se trouve placée sous le signe zodiacal du Verseau pourrait d’ailleurs trouver là une interprétation normale, se rattachant aux eaux, dans lesquelles tout retourne à l’état fluide, informe. Des prévisions formulées il y a déjà de nombreux siècles — car c’est à une époque aussi lointaine que remontent les idées que nous rapportons ici — se révèlent donc aujourd’hui singulièrement actuelles. Ce contexte se rattache, comme nous le disions, aux vues déjà exposées, en ce qu’il présente de façon analogue le problème de l’attitude à adopter durant le dernier âge, attitude associée ici au symbolisme du tigre que l’on chevauche[5].

En effet, les textes qui parlent du kali-yuga, et de l’âge de Kâli, proclament aussi que les normes de vie qui étaient valables pour les époques où les forces divines demeuraient, à un certain degré, vivantes et agissantes, doivent être considérées comme périmées durant le dernier âge. Celui-ci verrait apparaître un type d’homme essentiellement différent, incapable de suivre les anciens préceptes; de plus, en raison de la différence du milieu historique, voire planétaire, ces préceptes, même s’ils étaient suivis, ne porteraient pas les mêmes fruits. C’est pour cela que des normes différentes sont désormais proposées et qu’est abrogée la loi du secret qui couvrait auparavant certaines vérités, une certaine éthique, et certains « rites » particuliers, à cause de leur caractère dangereux et de l’antithèse qu’ils constituaient avec les formes d’une existence normale, réglée par la tradition sacrée. La signification de cette convergence de vues n’échappera à personne. En cela, comme sur d’autres points, nos idées, loin d’avoir un caractère personnel et contingent, se rattachent essentiellement à des perspectives que le monde de la Tradition avait déjà connues quand furent prévues et étudiées des situations générales d’un caractère non normal.

Examinons maintenant comment s’applique au monde extérieur, au milieu général, le principe consistant à chevaucher le tigre. Il peut alors signifier que lorsqu’un cycle de civilisation touche à sa fin, il est difficile d’aboutir à un résultat quelconque en résistant, en s’opposant directement aux forces en mouvement. Le courant est trop fort, on serait englouti. L’essentiel est de ne pas se laisser impressionner par la toute-puissance et le triomphe apparents des forces de l’époque. Privées de lien avec tout principe supérieur, ces forces ont, en réalité, un champ d’action limité. Il ne faut donc pas s’hypnotiser sur le présent ni sur ce qui nous entoure, mais envisager aussi les conditions susceptibles d’apparaître plus tard. La règle à suivre peut alors consister à laisser libre cours aux forces et aux processus de l’époque, mais en demeurant ferme et prêt à intervenir quand « le tigre, qui ne peut pas se jeter sur qui le chevauche, sera fatigué de courir ». Interprété d’une façon très particulière, le précepte chrétien de non-résistance au mal pourrait avoir un sens analogue. On abandonne l’action directe, et l’on se retire sur une ligne de position plus intérieure.

La perspective qu’offre la doctrine des lois cycliques est implicite ici : quand un cycle se termine, un autre commence, et le point où culmine un processus donné est aussi celui où il se renverse dans la direction opposée. Le problème de la continuité entre un cycle et l’autre reste néanmoins posé. Pour reprendre une image de Hofmannsthal, la solution positive serait celle d’une rencontre entre ceux qui ont su veiller pendant la longue nuit et ceux qui peut-être apparaîtront dans le matin nouveau. Mais on ne peut être assuré de ce dénouement : on ne peut prévoir avec certitude de quelle façon et sur quel plan pourra se manifester une certaine continuité entre le cycle qui touche à sa fin et le cycle suivant. Il convient donc de conférer à la ligne de conduite, valable pour l’époque actuelle, dont il a été question plus haut, un caractère autonome et une valeur immanente et individuelle. Nous entendons par là que l’attraction exercée par des perspectives positives à plus ou moins brève échéance ne doit pas y jouer un rôle important. Celles-ci pourraient même faire entièrement défaut jusqu’à la fin complète du cycle et les possibilités offertes par un nouveau mouvement au-delà du point zéro pourraient concerner d’autres hommes qui, après nous, auront tenu ferme également, sans s’attendre à aucun résultat direct ni à aucun changement extérieur.

Avant d’abandonner ce domaine pour aborder notre sujet principal, il sera peut-être utile de mentionner encore un point particulier, qui est également en rapport avec les lois cycliques. Il s’agit des relations entre la civilisation occidentale et les autres civilisations, la civilisation orientale notamment.

Parmi ceux qui ont reconnu la crise du monde moderne et ont aussi renoncé à considérer la civilisation moderne comme la civilisation par excellence, l’apogée et la mesure de toute autre, il en est qui ont tourné leur regard vers l’Orient, où ils voient subsister cette orientation traditionnelle et spirituelle de la vie, qui a cessé depuis longtemps, en Occident, de servir de base à l’organisation effective des différents domaines de l’existence. On s’est même demandé si l’on ne pouvait pas trouver en Orient des points de référence utiles au relèvement et à la réintégration de l’Occident. René Guénon a été le défenseur le plus sérieux de cette tendance.

Mais il faut voir clairement sur quel plan on se place en posant ce problème. S’il s’agit de simples doctrines et de contacts « intellectuels », cette recherche est légitime. Mais il convient de noter que l’on pourrait alors trouver des exemples et des références valables, en partie du moins, dans notre propre passé traditionnel, sans avoir à se tourner vers une civilisation non européenne. On ne gagnerait cependant pas beaucoup à tout cela. Il s’agirait d’échanges à un haut niveau entre des éléments isolés qui cultivent des systèmes métaphysiques. Si, au contraire, l’on aspire à quelque chose de plus, à des influences réelles ayant un retentissement important sur l’existence, il ne faut pas se faire d’illusions. L’Orient lui-même suit désormais la voie que nous avons prise, il succombe de plus en plus aux idées et aux influences qui nous ont conduits là où nous sommes, en se « modernisant », et en adoptant nos propres formes de vie « laïque » et matérialiste, si bien que ce qu’il conserve encore de traditionnel et d’authentique perd de plus en plus de terrain et se trouve repoussé dans une zone marginale. La liquidation du « colonialisme », l’indépendance matérielle que les peuples orientaux sont en train de s’assurer vis-à-vis des Européens, sont étroitement liées à une sujétion de plus en plus évidente aux idées, aux coutumes et à la mentalité « progressiste » de l’Occident[6].

La doctrine des cycles permet en effet de penser que ce qui, en Orient ou ailleurs, peut avoir une valeur aux yeux d’un homme de la Tradition, appartient à un patrimoine résiduel qui subsiste, dans une certaine mesure, non parce qu’il s’agit de contrées vraiment soustraites au processus de déclin, mais simplement parce que ce processus s’y trouve encore dans une phase initiale ou moins avancée. Ce ne sera donc qu’une question de temps pour que ces civilisations nous rejoignent, pour qu’elles se trouvent au même point que nous et connaissent donc les mêmes problèmes, les mêmes phénomènes de dissolution sous le signe du « progrès » et du modernisme. Les rythmes pourront même y être bien plus rapides : la Chine, par exemple, en fournit déjà la preuve qui, en moins de vingt ans, a parcouru tout le chemin qui sépare une civilisation impériale et traditionnelle du régime communiste, matérialiste et athée, chemin que les Européens ont mis des siècles à parcourir.

Le « mythe de l’Orient », en dehors des cercles de savants et de spécialistes de disciplines métaphysiques, est donc fallacieux. « Le désert croît », il n’y a pas d’autre civilisation qui puisse nous servir d’appui, nous devons affronter seuls nos problèmes. L’unique perspective positive, mais hypothétique, que nous offrent en contrepartie les lois cycliques est celle-ci : le processus descendant de l’âge sombre dans sa phase finale a commencé chez nous; c’est pourquoi il n’est pas exclu que nous soyons aussi les premiers à dépasser le point zéro, à un moment où les autres civilisations, entrées plus tardivement dans le même courant, se trouveraient, au contraire, plus ou moins au stade qui est le nôtre actuellement, après avoir abandonné — « dépassé » — ce qu’elles offrent aujourd’hui encore de valeurs supérieures et de formes d’organisation traditionnelle susceptibles de nous attirer. Il en résulterait que l’Occident, renversant les rôles, se trouverait à un point situé au-delà de la limite négative et serait qualifié pour remplir une nouvelle fonction générale de guide ou de chef, bien différente de celle qu’il a remplie dans le passé avec la civilisation technico-industrielle et matérielle et qui, désormais révolue, a eu pour seul résultat un nivellement général[7].

Pour certains, ces brèves indications sur des perspectives et des problèmes de portée générale n’auront peut-être pas été inutiles. Nous n’y reviendrons plus car, comme nous l’avons dit, c’est le plan de la vie personnelle qui nous intéresse ici; de ce point de vue, en définissant l’orientation à donner à certaines expériences et à certains processus actuels en vue d’en tirer des résultats différents de ce qu’ils semblent être pour la presque totalité de nos contemporains, il importe d’établir des positions autonomes, indépendantes de ce qui pourra ou ne pourra pas arriver dans l’avenir.

 

[1] Il s’agirait d’une transition entre la fin de l’âge de fer (kali-yuga) et d’un nouveau cycle. Voir partie précédente pour plus de détails. (Note des Hommes Oubliés)

[2] Rivolta contro il mondo moderno, op. cit.

[3] Avons-nous besoin de démontrer que nous vivons dans un monde de plus en plus chaotique ? (Note des Hommes Oubliés)

[4] Voir Orient et Occident de René Guénon pour plus de détails à ce sujet. (Note des Hommes Oubliés)

[5] Il serait intéressant de faire un parallèle avec le stoïcisme d’un Marc Aurèle. (Note des Hommes Oubliés)

[6] C’est d’autant plus vrai aujourd’hui malheureusement. (Note des Hommes Oubliés)

[7] On peut voir quelques signes encourageants comme des mouvements minimalistes qui rejettent le matérialisme, mais nous sommes encore loin d’une vraie spiritualité. (Note des Hommes Oubliés)

Une réponse

  1. Ping : Chevaucher le tigre par Julius Evola, 3e partie « Les Hommes Oubliés

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :