Frithjof Schuon – Shinto Bouddhisme Yoga – Extrait IV

Frithjof Schuon – Shinto Bouddhisme Yoga – Extrait IV

                « Quand on abolit les vrais mythes, on finit inévitablement par leur substituer des mythes factices, et en fait, la pensée qui entend se fier à sa seule logique, dans un domaine où celle-ci n’ouvre aucun horizon, s’avère incapable d’échapper aux diverses « mythologies » scientistes, un peu comme l’abolition de la religion conduit en définitive, non à une vision rationnelle de l’Univers, mais à une contre-religion, laquelle ne tardera pas à dévorer le rationalisme lui-même ; car rendre l’homme absolument libre, – lui qui n’est pas absolu, – c’est libérer en lui tous les maux, sans qu’il subsiste un principe qui puisse les limiter. Tout ceci montre bien que c’est au fond une sorte d’abus de langage que d’appeler « science » un savoir qui n’aboutit qu’à des résultats pratiques et ne révèle rien sur la nature profonde des phénomènes, – une science qui, étant par définition dépourvue de principes transcendants, n’offre aucune garantie quant à ses résultats ultimes.

                La logique pure et simple n’est que très indirectement une manière de connaître ; elle est avant tout l’art de combiner des données vraies ou fausses, selon un certain besoin de causalité et dans les limites d’une certaine imagination, si bien qu’un raisonnement apparemment impeccable peut être erroné en fonction de la fausseté de ses prémisses ; celles-ci dépendent normalement, non de la raison ou de l’expérience, mais de l’intelligence pure, et cela dans la mesure même où la chose à connaître est d’un ordre élevé. Ce n’est pas l’exactitude de la science que nous blâmons, loin de là, mais le niveau exclusif de cette exactitude, lequel rend celle-ci inadéquate et inopérante ; l’homme peut mesurer une distance avec ses pas, mais il ne saurait voir avec ses pieds, s’il est permis de s’exprimer ainsi. La métaphysique et le symbolisme, qui seule fournisses les clefs décisives pour la connaissance des réalités suprasensibles, sont en réalité des sciences hautement exactes, – d’une exactitude qui dépasse de beaucoup celle des faits physique, – mais ces sciences échappent à la seule ratio et aux méthodes qu’elle inspire d’une façon quasiment exclusive. » ~ Frithjof Schuon – Shinto Bouddhisme Yoga pp. 20-21

                Par « mythologies scientistes », nous pouvons prendre en exemple la théorie du Big Bang selon laquelle il n’y avait rien, puis ce rien à exploser. La science moderne qui détiendrait la seule vérité parce qu’elle se base que sur des faits doit pourtant faire preuve d’une foi imperturbable pour avancer et croire cet illogisme.

                La contre-religion est principalement le « new age » de nos jours. Une pseudo-religion qui n’a rien d’une religion parce qu’elle fait appel principalement aux émotions et ne possède pas de principe, comme l’explique si bien Schuon.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :