Hésiode – Les Travaux et les Jours

Hésiode – Les Travaux et les Jours

J’exposerai maintenant une fable aux rois, même sages.

Un épervier répondit au joli rossignol en ces termes,

comme il l’emportait dans la nue captif de ses serres :

pris dans les serres crochues, l’oiseau ne cessait de se plaindre

et de gémir; à quoi, violemment, répondit le rapace :

« Pourquoi ces cris, insensé ? Un plus fort que toi te possède.

Tout sonore sois-tu, tu iras jusqu’où je te porte;

si je le veux, tu seras mon repas ou tu seras libre.

Déraisonnable qui veut affronter ce qui le dépasse :

la victoire le fuit; la douleur s’ajoute à sa honte. »

Ainsi parlait l’épervier rapide aux ailes ouvertes.

Toi, Persès, poursuis la justice, et ne laisse pas croître

la démesure, mauvaise ou faible ; pas même le noble

ne pourrait aisément la porter : il croule sous elle,

il trébuche et se perd.

Hésiode – Les travaux et les jours

Malgré toutes nos plaintes et activités incessantes, la mort en ce monde viendras tous nous chercher un jour ou l’autre. Le plus tôt nous acceptons ce fait le plus tôt nous nous porterons et vivrons réellement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :