‘Abdul-Hâdî (John Gustav Agelii) – Écrits pour La Gnose, Extrait III

‘Abdul-Hâdî (John Gustav Agelii) – Écrits pour La Gnose, Extrait III

« Abul-Hassan Es-Shâdhilî nous met en garde contre ceux qui viennent nous inviter au trouble, car on prend la « Voie intérieur » pour aboutir au repos et non à l’agitation. Mohyiddin ibn Arabi traite d’exclusivistes, c’est-à-dire de fanatiques et d’égarés, ceux qui vous exhortent à être comme eux, à faire comme eux en tout, et ne respectent pas la liberté légitime de la personne. Tout vient de Dieu, la mécréance de l’infidèle aussi bien que la foi du croyant. Tout zèle en dehors de la chose publique est un geste inconsidéré, commis par des personnes qui ont une conception grossière de la puissance de Dieu. Il y a de l’impiété à intervenir, sans un motif légitime, – de préférence extérieur, – dans l’évolution des gens. Le délire du pontificat est un de ces énormes péchés antédiluviens, qui font considérer les misères de la chute adamique comme un bienfait, car c’est grâce à elles que les péchés de mortalité cosmique ne peuvent aller jusqu’à une certaine limite dans leurs conséquences. Au lieu de cataclysmes, on a les laideurs de la classe moyenne. Je n’ignore donc pas que c’est une chose grave que d’inviter les méditatifs à regarder le monde. Seulement, je ne veux troubler personne, ni faire aucune espèce de propagande pour mes opinions personnelles. Mais je considère que le monde est un livre de Dieu comme un autre. Ses signes sont partout, et nous en sommes. Tous Ses livres se tiennent et s’expliquent les uns par les autres, et ce qui est obscur dans tel passage peut trouver son explication dans un autre endroit.

                D’ailleurs, la différence entre le monde extérieur et le monde intérieur est illusoire. Ce qu’on appelle « la matière » n’est opaque que dans les « degrés » inférieurs de l’Existence. Plus on évolue, plus elle devient diaphane. En outre, elle a beau être opaque, elle est toujours significative. Que serait un livre sans papier ni lettres ? Du reste, dans presque toutes les langues, il y a des mots d’origine fort noble pour désigner le monde et même la matière. Or, rien ne reflète mieux la « Tradition primordiale » que l’étymologie.

                D’ailleurs, les neuf dixièmes des quiétistes sont de simples fuyards. Le monde étant plus grand que leur âme, ils cherchent à le rapetisser dans le but d’y paraître grands. Mohyddin est sévère pour eux, et il marque en coin ceux qui ne cherchent que le beau temps dans un petit monde artificiel.

                La vie est une obligation, nous sommes tous d’accord là-dessus. La décadence de l’Orient islamite coïncide avec la disparition des Malâmatiyah (la Voie pragmatique), et l’apparition des voies quiétistes, dont je me dispense de citer les noms.

                Il y a donc toutes sortes de bonnes raisons pour réagir contre le quiétisme, car son inaction vaut la pire des agitations destructives. » ~ ‘Abdul-Hâdî – Écrits pour La Gnose pp. 30-32

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :