Luc-Olivier d’Algange – Au seul nom d’une déesse phénicienne, Extrait I

Luc-Olivier d’Algange – Au seul nom d’une déesse phénicienne, Extrait I

« Le monde des dieux anciens n’est pas mort car il n’est jamais né. Que cette pérennité lumineuse soit devenue provisoirement hors d’atteinte pour le plus grand nombre d’entre nous, n’en altère nullement le sens ni la possibilité sans cesse offerte. Pérennes, les forces et les vertus divines s’entrecroisent dans le tissu du monde et nous laissent le choix d’être de simples spectateurs enchaînés dans une représentation schématique du monde ou bien d’entrer dans la présence réelle des êtres et des choses par la reconnaissance de l’Âme du monde. Séparés de tout, enfermés dans une « psyché » qu’il croit être l’« autre » du monde, le Moderne s’asservit à la représentation narcissique qu’il se fait de lui-même.

Pour le Moderne, les dieux, les Idées, les Formes prennent source dans son esprit, mais il ne voit pas assez loin pour comprendre que cet esprit lui-même prend source ailleurs qu’en lui-même. Cette impuissance à imaginer au-delà du cercle étroit de sa propre contingence, n’est-ce point ce que les platoniciens nommaient « être prisonniers des ombres de la Caverne » ? Le Moderne idolâtre sa propre contingence, il en fait la mesure de toute chose, inversant le principe grec qui enseigne que l’homme doit retrouver la mesure de toute chose. Croire que les dieux sont purement « intérieurs », aboutit à une idolâtrie de l’intériorité. Les utopies meurtrières du vingtième siècle, le fanatisme uniformisateur et planificateur des fondamentalismes divers qui se donnèrent cours n’ont-ils pas pour origine ce subjectivisme effréné qui veut faire de l’intériorité de l’homme et de son incommensurable prétention d’être moral, la mesure du monde ? Pour l’homme ancien, les dieux sont en nous car ils miroitent en nous. Notre entendement capte les forces extérieures auxquelles il lui appartiendra, en vertu d’un principe de création poétique, de donner des Formes ; et ces Formes, à leur tour, seront hommages aux dieux qu’elles nomment et enclosent pour d’autres temps.

Cette vue du monde est humble et généreuse, attentive et donatrice. Loin de penser l’homme comme l’Autre, ou face à l’Autre, elle reconnaît en soi le Même sous les atours de l’apparition divine. Le dieu est celui qui apparaît. Or l’homme, qui va à la rencontre du monde divin et ne connaît ni naissance, ni mort, apparaît à l’éternité et le dieu qui lui apparaît est selon l’admirable formule d’Angélus Silésius, « un éclair dans un éclair ». C’est dans l’éclat le plus bref et le plus intense que l’éternité nous est donnée. La fulguration d’Apollon demeure à jamais dans l’instant de l’apparition qui nous révèle à nous-mêmes, dans la pure présence de l’être. » ~ Luc-Olivier d’Algange – Au seul nom d’une déesse phénicienne (Emplacements du Kindle 44-65).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :