‘Abdul-Hâdî (John Gustav Agelii) – Écrits pour La Gnose, Extrait II

‘Abdul-Hâdî (John Gustav Agelii) – Écrits pour La Gnose, Extrait II

« L’Existence est organisée en plusieurs « séries » :

  1. L’inassignable, ou l’Absolu sans forme ni indication d’aucune sorte, et qui est en dehors d’une attribution quelconque. On ne doit pas se figurer que l’Existence, dans ce « degré », soit définie d’une manière constante et essentielle du fait d’être absolue et exempte de toute attribution. Il faut comprendre que, dans ce « degré », Elle est affranchie addition affirmative en fait de caractéristique ou d’épithète ; qu’Elle est sanctifiée par l’émondation de tout lien intelligible ; qu’Elle est indéfinissable à un tel point que même sa qualité d’indéfinissable ne constitue pas une définition de Sa véritable nature. « L’Unité pure » est le nom de ce « degré ». Elle est la « quintessence même » du « Vrai Dieu ». Il n’y a aucun « degré » au-dessus de celui-ci ; tous les autres lui sont inférieurs.
  2. La première assignation est la conscience que Dieu possède de sa « quiddité », de ses « attributs » et de tous les êtres créés, cela d’une façon générale ou synthétique, sans qu’aucune chose soit réellement différencié. Ce « degré » s’appelle « la Primauté » ou « la Vérité de Mohammed » [ou « Réalité Muhammedienne »].
  3. La seconde assignation est la conscience que Dieu possède de sa « quiddité », de ses « attributs » et de tous les êtres créés, cela d’une façon détaillée et analytique, par l’établissement des différences entre les choses. Ce « degré » s’appelle « l’Identité » ou « la Vérité de l’homme »[1].  Ces trois « degrés » sont éternels, sans commencement ni fin. Leur succession n’est point temporelle, mais mentale et spéculative.
  4. Les esprits, c’est-à-dire les créatures abstraites et simples, qui se manifestent dans leurs essences premières.
  5. Le monde des formes premières, c’est-à-dire les choses grossières, qu’on peut fractionner ou diviser (sans qu’elles cessent d’être ce qu’elles sont).
  6. Le monde des corps, c’est-à-dire des choses grossières, qu’on peut fractionner ou diviser (sans qu’elles changent foncièrement de nature).
  7. Le degré universel, qui englobe tous les autres « degrés », le corporel, les deux lumineux, « l’Identité » et « la Primauté ». Il est l’homme.

 

Le premier de ces sept « plans » est celui du « Non-Manifesté », tandis que les six autres comprennent toute la manifestation ou « l’expansion ». Lorsque l’homme dans le septième (et dernier) « degré » s’exalte vers le sublime, lorsque surgissent en lui les autres (cinq) « plans » en parfait épanouissement, il est « l’homme universel ». L’exaltation ainsi que l’ampleur ont atteint leur apogée en notre Prophète[2] – qu’Allah prie sur lui et le salue ! – Il scelle la chaîne de l’inspiration prophétique. » ~ ‘Abdul-Hâdî (John Gustav Agelii) – Écrits pour La Gnose pp. 10-12

 

[1] On dit aussi « la Vérité d’Adam ». Au point de vue ésotérique, Mohammed est avant Adam ; historiquement, il est après. La doctrine secrète du soufisme arabe n’est contrainte ni à la Loi ni au bon sens.

[2] C’est-à-dire : il est la solution des antithèses humaines, dont voici quelques-unes :

Exaltation x Ampleur Exaltation x Ampleur
Hauteur x largeur Christianisme x Judaïsme
Intérieur x extérieur Ascétisme x Urbanité
Convergence x divergence Aristocratie x Démocratie
Ensemble x détails Foi x Loi
Synthèse x analyse Ésotérisme x Exotérisme
Théorie x pratique Solitude avec le Créateur x Universalité avec les céatures.
Paroles x actes